Les effets d’une alimentation végétale faible en gras chez des patients souffrant d’arthrite rhumatoïde a été publié dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine. Les patients recevant ce type d’alimentation ont vu leur condition s’améliorer significativement avec une réduction importante des douleurs en moins de 4 semaines.

 

© 2013 Tous droits réservés.
Extrait du livre : «GUÉRIR, une bouchée à la fois», de Michel Jodoin AC PhD Éditions Li Shi Zhen. (à paraître)

Les problèmes d’arthrite inflammatoire sont ceux qui réagissent le plus favorablement aux modifications alimentaires. Mais ces bénéfices ne sont pas limités à cette seule maladie. Le lupus érythémateux disséminé, l’arthrite psoriasique, la spondylite ankylosante, la goutte ainsi que d’autres formes d’arthrite non-spécifique obtiennent des améliorations dès les premières semaines de changement alimentaire. L’approche alimentaire utilisée pour la majorité des problèmes arthritiques est basée sur les produits végétaux comme le riz, les pommes de terre, les patates douces, le maïs, les pains et pâtes, ainsi que les fruits et les légumes. Si aucune amélioration est notée au cours des 4 premières semaines, alors certaines céréales (comme le blé et le maïs) sont retirés. En dernier recours, les patients sont traités avec la «diète d’élimination» qui inclut strictement des aliments qui sont le moins susceptibles d’activer l’arthrite et la réponse immunitaire.

Présentation

Des millions de gens souffrent de douleurs, de raideurs ou d’enflures articulaires causés par l’arthrite. Le mot «arthrite» signifie littéralement inflammation des articulations, le suffixe «ite» désignant «inflammation» tout comme dans les mots sinusite (inflammation des sinus) et bronchite (inflammation des bronches). On peut penser que l’arthrite est une maladie des articulations qui affecte seulement les personnes âgées mais même les enfants et les jeunes adultes peuvent également en souffrir. L’arthrite inflammatoire chronique entraîne des douleurs articulaires sévères, des déformations articulaires ainsi qu’une réduction importante de la mobilité. L’arthrite est également une maladie auto-immune où le système immunitaire attaque et détruit ses propres tissus.

L’arthrite et les affections apparentées constituent un important groupe de pathologies touchant les articulations, les ligaments, les tendons, les os et d’autres éléments de l’appareil locomoteur. Elle est l’une des maladies chroniques les plus fréquentes au Canada et une des principales causes de douleur, et d’incapacité physique.(1-7)

La communauté médicale a longtemps soutenu que les modifications alimentaires n’avaient pas d’effet pour les problèmes d’arthrite (tout comme pour le cancer). Cependant, cette conclusion était basée principalement sur d’anciennes recherches avec des régimes alimentaires contenant des produits laitiers, des matières grasses, de la volaille ou de la viande.(8,9) Des études plus récentes ont réussi à démontrer que l’alimentation pouvait contribuer largement à la manifestation des problèmes arthritiques. Il est maintenant très clair, du moins pour un certain nombre de patients, qu’un menu plus sain peut s’avérer très profitable. Une alimentation végétale faible en gras et excluant les produits laitiers est la plus indiquée pour ce genre de problème.

Différents types d’arthrite

Il existe plus d’une centaine de formes d’arthrites dont voici les principales:

L’arthrose est causée par la détérioration du cartilage d’une ou de plusieurs articulations. Elle provoque la détérioration des articulations, des douleurs et des raideurs. Elle touche généralement les mains, les pieds, les genoux, la colonne vertébrale et les hanches. L’arthrose touche des dizaines de millions de Nords-Américains, la majorité âgé de plus de 45 ans, résultant de l’usure accumulée au fil des ans. Bien qu’il puisse y avoir des épisodes douloureux, l’arthrose se caractérise plutôt par des raideurs occasionnelles n’interférant pas trop avec l’usage des membres affectés. L’arthrose est la forme d’arthrite la plus répandue et elle touche environ 10 % des Canadiens adultes.

Dans la polyarthrite rhumatoïde, le système immunitaire s’attaque aux articulations (essentiellement des mains et des pieds). Ce phénomène se traduit par une inflammation, des douleurs et des lésions articulaires. La PR peut également toucher d’autres organes, comme le coeur, le poumon et les yeux.

La polyarthrite rhumatoïde qui touche plus de 2,5 millions de personnes en Amérique du nord est une forme beaucoup plus agressive que l’arthrose. Elle entraîne des douleurs importantes résultant de l’inflammation et de la déformation des articulations.

Cette maladie est encore une énigme en médecine. Il n’y a eu aucun rapport médical à ce sujet avant le début des années 1800. Certains ont avancés l’idée qu’un virus ou une bactérie pouvait jouer un rôle, en sollicitant une réponse immunitaire. La génétique semble être un facteur prédisposant. La PR touche environ 1 % des Canadiens adultes et au moins deux fois plus de femmes que d’hommes.

Le lupus érythémateux disséminé est un trouble du tissu conjonctif qui provoque des éruptions cutanées, et une enflure des articulations et des muscles qui cause des douleurs. D’autres organes peuvent également être touchés. Cette maladie, comme la PR, évolue avec le temps, et elle est ponctuée de poussées et de périodes de rémission. Le LED touche 0,05 % des Canadiens adultes. Les femmes sont 10 fois plus concernées que les hommes.
La spondylarthrite ankylosante est une forme d’arthrite qui touche la colonne vertébrale. Elle cause des douleurs et des raideurs dans le dos ainsi qu’une courbure de la colonne vertébrale. Dans la plupart des cas, la maladie est caractérisée par des épisodes douloureux aigus et des rémissions. Sa gravité varie considérablement d’une personne à l’autre. La SA touche jusqu’à 1 % des Canadiens adultes. Les hommes risquent 3 fois plus de développer cette maladie que les femmes.

La goutte est une forme d’arthrite qui se caractérise par un taux trop élevé d’acide urique dans l’organisme. Normalement, l’acide urique est éliminé par les reins. Le plus souvent, la goutte touche le gros orteil, mais elle atteint aussi la cheville, le genou, la main, le poignet ou le coude. La goutte touche 3 % des Canadiens adultes. Les hommes risquent 4 fois plus que les femmes d’en souffrir.

Pour certaines formes d’arthrite, il n’existe aucun médicament et les douleurs ne peuvent être contrôlées que par des suppléments appropriés. Les traitements contre l’arthrite incluent les anti-inflammatoires sans stéroïdes, les crèmes topiques pour ceux qui souffrent d’arthrite légère, la physiothérapie, la chaleur et les applications froides, les protecteurs pour les articulations, les TENS ou la stimulation électrique des nerfs, l’acupuncture et la pharmacopée traditionnelle chinoise.


Le rôle de l’alimentation

On a souvent associés certains aliments avec le développement de l’arthrite rhumatoïde. Plusieurs personnes ont observés une amélioration de leur condition lorsqu’ils évitent les produits laitiers, les agrumes, les tomates, les aubergines et certains autres aliments.

Une recherche datant de 1989 sur plus de 1000 patients souffrant d’arthrite a révélé que les aliments les plus susceptibles d’aggraver la condition étaient la viande rouge, les produits laitiers, le sucre, le gras, le sel, la caféine et certains légumes comme la tomate et l’aubergine. (10) Lorsque ces aliments sont retirés complètement, l’amélioration survient généralement en quelques semaines. Les produits laitiers semblent être les principaux perturbateurs, le problème étant relié davantage à la protéine, plutôt qu’aux matières grasses qu’ils contiennent, le lait écrémé entraînant autant de problèmes que le lait entier.(11)

De plus en plus de recherches confirment maintenant ce que la médecine traditionnelle chinoise affirmait à ce propos: certaines modifications alimentaires peuvent réellement aider ce genre de condition. Les huiles poly-insaturées et les oméga-3 semblent avoir un effet bénéfique modéré, et les chercheurs ont trouvé qu’une diète végétale, faible en gras était bénéfique.(12) En 2002, une recherche a étudié l’influence d’une diète végétale faible en gras chez des patients souffrant d’arthrite rhumatoïde. Après seulement 4 semaines de cette diète, presque tous les symptômes d’arthrite rhumatoïde avaient diminués de façon très significative.(13) Le journal Rhumatology a publié une étude qui démontrait qu’une diète végétale sans gluten améliorait les symptômes d’arthrite rhumatoïde.(14) Dans une autre étude, une diète végétale faible en gras, riche en fibres et en antioxydants a démontré une réduction des raideurs et des douleurs articulaires.(15) Une analyse de plusieurs études combinées a conclu que ce type de diète pouvait être utile au traitement de l’arthrite rhumatoïde.(16)

Une alimentation végétale réduit de façon dramatique le type et la quantité de gras que nous ingérons. Ceci contribue directement à agir sur le processus inflammatoire qui favorise l’arthrite. Les acides gras omega-3 présents dans les végétaux peuvent également être un facteur-clé, de même que la quasi absence de gras saturés, présents principalement dans les produits de source animale.

Le fait que les patients perdent également du poids en suivant une alimentation végétale contribue également à l’amélioration.

De plus, la viande ne contient pas ou peu d’antioxydants. Ceux-ci se retrouvent principalement dans les légumes et les fruits, et contribuent à neutraliser les radicaux libres. Les radicaux libres attaquent plusieurs parties de l’organisme, participent aux maladies cardiaques et au cancer, et intensifient le processus de vieillissement, y compris celui des articulations.

Le fer agit comme un catalyseur des radicaux libres, encourageant la production de ces dangereuses molécules. Les vitamines C et E, que l’on retrouvent abondamment dans les légumes, les fruits et les céréales entières. aident à neutraliser les radicaux libres. Les viandes apportent un surcharge de fer, aucune vitamine C, et très peu de vitamine E, tandis que les produits végétaux contiennent des proportions contrôlées de fer, de même que de très généreuses quantités de vitamines antioxydantes.

En plus d’être utiles à prévenir l’arthrite, les antioxydants peuvent agir pour en réduire les symptômes. Certains traitements pour l’arthrite, incluant les médicaments anti-inflammatoires non-stéroïdiens, travaillent du moins en partie à neutraliser les radicaux libres. L’action des vitamines et des antioxydants est cependant plus importante pour la prévention des dommages avant que ceux-ci ne surviennent, que pour le traitement de l’inflammation articulaire.(17)

Une alimentation basée sur les légumes, les fruits, les céréales entières et les légumineuses apparaît donc fortement appropriée pour prévenir et dans certains cas, améliorer l’arthrite.

La Diète Anti-Arthritique

Une diète équilibrée et saine fait partie intégrante du traitement de l’arthrite. Changer nos habitudes alimentaires est toujours un processus difficile et peut s’accompagner d’une certaine dose de frustrations. Cependant, en gardant le cap sur votre objectif et en observant une réduction des douleurs après seulement quelques semaines, vous vous féliciterez des efforts effectués.

La Diète Anti-Arthritique que je vous propose repose sur les quatre groupes d’aliments assurant l’apport de tous les nutriments essentiels, à savoir les légumes, les fruits, les légumineuses et les céréales entières. Seul un supplément de vitamine B-12 peut s’avérer nécessaire si vous suivez cette diète pendant plus de 2 à 3 ans.

La consommation importante de légumes et de fruits, de par les flavonoïdes qu’ils contiennent, aidera à réduire l’inflammation et la douleur. De plus leur contenu très riche en antioxydants favorisera le renforcement du système immunitaire permettant ainsi aux articulations de pouvoir se réparer. Pensez aux légumes et aux fruits riches en vitamine C et en beta-carotène (tous ceux qui sont de couleur jaune ou orangé) car ils sont particulièrement précieux pour les symptômes d’arthrite.

La liste suivante fait référence aux aliments que vous devriez absolument inclure à votre menu, ainsi que ceux que vous devriez absolument éviter. Tout aliment qui ne figure pas dans ces deux listes peut à priori être consommé.

  • Les aliments riches en graisses et en cholestérol comme les viandes, doivent impérativement être évités. L’ajout de sel et de sucre doit être à son minimum.
  • Aliments frits et gras
  • Aliments transformés et raffinés
  • Café, thé et boissons gazeuses
  • Sucre raffiné, farines blanches
  • Agrumes comme le citron, la lime, l’orange et le pamplemousse
  • Tomates, aubergines
  • Tous les produits laitiers
  • Toutes les viandes, sauf occasionnellement du poisson gras (maquereau, saumon, sardine, hareng)
  • Produits laitiers incluant les produits de vache ou de chèvre
  • Trop de sel ou d’aliments salés
  • Trop de matières grasses incluant les huiles (sauf l’huile d’olive, de canola et de lin)
  • Chocolat
  • Toutes les boissons alcoolisées
  • Édulcorants artificiels (sucralose, maltitol, aspartame etc)
  • Margarine, beurre
  • Fruits : pommes, pêches, mangues, cantaloupe, papaye, kiwis, (pas d’agrumes)
  • Légumes (riches en vitamine A et C) : feuillus verts, brocoli, choux de Bruxelles, courges, épinards, haricots verts, poivrons rouges et jaunes, patates douces
  • Légumineuses et céréales : toutes les lentilles, pois chiches, fèves soya, tofu, riz brun, pain de blé entier, pain de seigle, céréales à base d’avoine
  • Noix et graines (riches en omega-3 et vitamine E) : amandes, noix de Grenoble, noix du Brésil, graines de tournesol, graines de lin, graines de citrouille
  • Aliments anti-inflammatoires : curcuma, gingembre, ail

 

La Diète d’Élimination de 4 semaines

La Diète Anti-Arthritique est habituellement suffisante pour réduire la douleur et retrouver votre vitalité. Si vous n’obtenez pas de résultats satisfaisants après quelques semaines d’essai, il vous faut alors opter pour la Diète d’Élimination qui vous aidera à identifier si certains aliments que vous mangez sont déclencheurs d’arthrite.

Pour 4 semaines, intégrez des quantités importantes d’aliments faisant partie de la liste des aliments sécuritaires. Parallèlement, évitez scrupuleusement tous les aliments déclencheurs. Il est important d’éviter complètement ces aliments, car même une toute petite quantité peut provoquer des symptômes.

Les aliments qui ne sont pas dans aucune de ces 2 listes peuvent être consommés, mais vous devez surtout mettre l’emphase sur les aliments sécuritaires et éviter les aliments déclencheurs. Il est possible que vous expérimentiez des bienfaits avant 4 semaines, mais pour certaines personnes c’est le temps qu’il faudra pour que l’inflammation chronique des articulations commencent à se résorber.

Les aliments sécuritaires ne contribuent virtuellement jamais à l’arthrite ou à d’autres conditions douloureuses. Ils incluent:

  • Riz brun
  • Fruits cuits ou secs : cerises, canneberges, poires, prunes 
(mais pas les agrumes, les bananes, les pêches ou les tomates)
  • Légumes cuits, verts, jaunes ou oranges : artichauts, asperges, brocoli, feuillus verts, épinards, haricots verts, courges, patates douces
  • Eau: pas de café ou thé, ni de tisanes (certaines tisanes de plantes peuvent être des déclencheurs) .
  • Condiments: une quantité modérée de sel, d’essence de vanille et de sirop d’érable est bien tolérée
  • Aliments anti-inflammatoires : curcuma, gingembre, ail

Les principaux aliments déclencheurs d’arthrite sont les suivants:

  • Produits laitiers incluant les produits de vache et de chèvre
  • Maïs
  • Viandes, y compris les poissons et fruits de mer
  • Blé, avoine, seigle
  • Oeufs
  • Agrumes
  • Pommes de terre
  • Tomates
  • Noix
  • Café et thé

Après 4 semaines

Si vos symptômes se sont améliorés ou ont disparus, la prochaine étape consiste à identifier le ou les aliments déclencheurs.

Ré-introduisez simplement un à un les aliments que vous avez éliminés dans votre diète, à tous les 2 jours.

Prenez une portion généreuse de chaque nouvel aliment introduit, et vérifiez toute apparition ou aggravation de douleur. Si la douleur survient ou s’aggrave, retirez l’aliment en cause et laissez vos articulations revenir à la normale avant de ré-introduire d’autres aliments. Attendez au mois 2 semaines avant de ré-essayer pour une seconde fois un aliment qui semblait poser problème. Ceci vous permettra d’identifier efficacement les aliments qui sont vraiment aggravants pour vous. Plusieurs personnes ont souvent plus d’un aliment déclencheur.

Il n’est pas recommandé de ré-introduire la viande, les produits laitiers ou les oeufs dans votre alimentation. Non seulement sont-ils des déclencheurs majeurs de douleurs, mais ils encouragent également les déséquilibres hormonaux qui peuvent contribuer aux douleurs articulaires, ils sont également responsables de plusieurs autres problèmes de santé.

Aide supplémentaire

Pour certains patients souffrant d’arthrite, certains suppléments d’acides gras essentiels peuvent s’avérer utiles. Débutez avec la dose suivante, puis essayer progressivement de la réduire au minimum :

  • 1 c à table (15 ml) d’huile de lin de première pression à froid 1 x jour
  • 500 mg d’huile de pépins de cassis en capsules 2 x par jour
ou 3 capsules d’huile d’onagre 2 x jour

Références :

  1. Badley EM. The effect of osteoarthritis on disability and health care use in Canada. J Rheumatol 1995;22(suppl 43):19-22. 
  2. Badley EM, Wang PP. Arthritis and the aging population: projections of arthritis prevalence in Canada 1991 to 2031. J Rheumatol 1998;25:138-44. 
  3. Badley EM, Rothman LM, Wang PP. Modeling physical dependence in arthritis: the relative contribution of specific disabilities and environmental factors. Arthritis Care and Research 1998;11:335-45. 
  4. Badley EM, Wang PP. The contribution of arthritis and arthritis disability to nonparticipation in the labor force: a Canadian example. J Rheumatol 2001;28(5):1077-82. 
  5. Raina P, Dukeshire S, Lindsay J, Chambers LW. Chronic conditions and disabilities among seniors: an analysis of population-based health and activity limitation surveys. Ann Epidemiol 1998;8(6):402-09. 
  6. Coyte P, Wang PP, Hawker G, Wright JG. The relationship between variations in knee replacement utilization rates and the reported prevalence of arthritis in Ontario, Canada. J Rheumatol 1997;24:2403-12. 
  7. Clarke AE, Zowall H, Levinton C, Assimakopoulos H, Sibley JT, Haga M, et al. Direct and indirect medical costs incurred by Canadian patients with rheumatoid arthritis: a 12 year study. J Rheumatol 1997;24:1051-60. 
  8. Panush RS, Carter RL, Katz P, Kowsari B, Longley S, Finnie S. Diet therapy for rheumatoid arthritis. Arthritis and Rheumatism 1983;26:462-71.
  9. Lithell H, Bruce A, Gustafsson IB, et al. A fasting and vegetarian diet treatment trial on chronic inflammatory disorders. Acta Derm Venereol 1983;63:397-403.
  10. Sobel D. Arthritis: What Works. New York, St. Martin’s Press, 1989.
  11. Skoldstam L, Larsson L, Lindstrom FD. Effects of fasting and lactovegetarian diet on rheumatoid arthritis. Scand J Rheumatol 1979;8:249-55.
  12. Skoldstam L. Fasting and vegan diet in rheumatoid arthritis. Scand J Rheumatol 1986;15:219-23.
  13. McDougall J, Bruce B, Spiller G, Westerdahl J, McDougall M. Effects of a very low-fat, vegan diet in subjects with rheumatoid arthritis. J Altern Complement Med. 2002 Feb;8(1):71-5.
  14. Hafstrom I, Ringertz B, Spangberg A, von Zweigbergk L, Brannemark S, Nylander I, Ronnelid J, Laasonen L, Klareskog L. A vegan diet free of gluten improves the signs and symptoms of rheumatoid arthritis: the effects on arthritis correlate with a reduction in antibodies to food antigens. Rheumatology (Oxford). 2001 Oct;40(10):1175-9.
  15. Hanninen, Kaartinen K, Rauma AL, Nenonen M, Torronen R, Hakkinen AS, Adlercreutz H, Laakso J. Antioxidants in vegan diet and rheumatic disorders. Toxicology. 2000 Nov 30;155(1-3):45-53.
  16. Muller H, de Toledo FW, Resch KL. Fasting followed by vegetarian diet in patients with rheumatoid arthritis: a systematic review. Scand J Rheumatol. 2001;30(1):1-10.
  17. Merry P, Grootveld M, Lunec J, Blake DR. Oxidative damage to lipids within the inflamed human joint provides evidence of radical-mediated hypoxic-reperfusion injury. Am J Clin Nutr 1991;53:362S-9S.
  18. Jodoin Michel Ac PhD. GUÉRIR, une bouchée à la fois. Éditions Li Shi Zhen. 

© 2013 Tous droits réservés.
Extrait du livre : «GUÉRIR, une bouchée à la fois», de Michel Jodoin AC PhD Éditions Li Shi Zhen. (à paraître)