La consommation de yogourt durant la grossesse a été associée à une augmentation de 60% des cas d’asthme infantile et de 80% des cas de fièvre des foins chez l’enfant.

Les femmes enceintes qui mangent du yogourt peuvent augmenter le risque de développer de l’asthme chez leurs enfants selon une récente étude effectuée au Danemark. La consommation de yogourt faible en gras pendant la grossesse est directement liée au développement de l’asthme infantile, et la consommation de yogourt entier a été associée à la manifestation de la fièvre des foins chez les enfants plus âgés. La consommation de yogourt a été associée à une augmentation de 60 % de l’asthme et une augmentation de 80 % de la fièvre des foins, par rapport à une consommation nulle de yogourt. Les 61 912 femmes qui ont rempli le questionnaire alimentaire faisaient partie de l’étude Danish National Birth Cohort.

Cette recherche a examiné la relation entre la consommation de lait et de yogourt chez les mères et l’apparition de l’asthme et de la rhinite allergique chez leurs enfants.

Les résultats ont été présentés au Congrés de l’European Respiratory Society par Ekaterina Maslova, BS, BA, auteur principal et effectuant sa thèse de doctorat au Harvard School of Public Health à Boston au Massachusetts, s’appuyant sur les données du Centre de Programmation fœtale de l’institut Statens Serum de Copenhague au Danemark.

Les chercheurs ont constaté que, comparativement aux femmes enceintes qui n’ont signalé aucune consommation de yogourt (même faible en gras), les femmes qui en mangeaient  au moins une fois par jour pendant la grossesse avaient des enfants avec un risque accru d’asthme (1,61; intervalle de confiance 95% [IC ], 1.22 à 2.12), tel qu’évalué par les données du registre national des patients danois. Ces enfants étaient également plus susceptibles d’avoir une rhinite allergique (1,80, IC 95%, 01/08 à 03/02) et à afficher des symptômes d’asthme (1,55, IC 95%, 1,10 à 2,20).

Une étude portant sur 61,912 femmes et 101,042 grossesses !

Les femmes ont été inscrites de 1996 à 2002. Ce fut une cohorte prospective de 101,042 grossesses dans la population danoise. Les femmes ont été interrogés pendant et après la grossesse, et ont rempli un questionnaire alimentaire pour déterminer la fréquence de consommation de lait et de yogourt, la teneur en matières grasses du lait et du yogourt ainsi que la présence ou non de fruits et de sucre ajouté dans ceux-ci. Les résultats ont démontrés une augmentation des cas d’asthme vers l’âge de 18 mois et des cas de rhinite allergique vers l’âge de 7 ans.

Joachim Heinrich, PhD, un épidémiologiste du Centre de recherches Helmholtz à Munich, en Allemagne, a déclaré avoir reproduit les mêmes résultats cette étude il y a plusieurs années, bien que l’étude actuelle soit beaucoup plus grande.

Références

Maslova E, Halldorsson TI, Stom M, Olsen SF. Low-fat yoghurt intake in pregnancy associated with increased child asthma and allergic rhinitis risk: a prospective cohort study. European Respiratory Society (ERS) 2011 Annual Congress: Abstract 4381. September 25, 2011.