Nutrition et Diététique chinoise

En médecine traditionnelle chinoise, l’alimentation est considérée comme le premier des remèdes. Combinée à la respiration, elle est votre source principale de production d’énergie. Une mauvaise alimentation induit une énergie de basse qualité, affaiblissant votre santé et votre vitalité. La diététique chinoise s’est spécialisée sur plusieurs milliers d’années à entretenir et soutenir la vitalité afin de maintenir une santé optimale.

Bien qu’elle soit principalement orientée sur des recommandations adaptées à la constitution de chacun, nous pouvons en extraire un certain nombre de règles diététiques de base convenant à la plupart d’entre nous.

L’observation de ces quelques principes améliorera grandement votre SANTÉ tout en favorisant la VITALITÉ et la LONGÉVITÉ :

1. Mangez cuit et buvez chaud.

C’est là l’un des principaux secret de l’exceptionnelle vitalité des Chinois. Bien que nous assistions actuellement à une recrudessence de la « mode du cru », nous ne vivons pas dans un climat propice à ce genre d’alimentation et notre constitution est très mal adaptée à ce genre de pratique à moyen et à long terme.

Afin de faciliter le processus de la digestion et de maximiser l’assimillation des nutriments (pensez aux tomates dont le lycopène est 10 fois plus supérieur selon que la tomate est cuite plutôt que crue), préférez les aliments légèrements cuits et chauds et réservez les crudités en plat d’accompagnement.

L’estomac préfère ce qui est tiède car cela lui permet de ne pas trop solliciter d’énergie de votre part pour digérer. Dans la même optique, on évitera toute boisson froide ou glacée.

2. Prenez vos repas dans le calme.

Profitez du plaisir de manger et maximiser votre digestion en prenant vos repas dans le calme, assis et de manière détendue.

Évitez que la période des repas soit le temps des « règlements de compte » avec les enfants ou votre conjoint(e).

3. Évitez le grignotage.

Prenez vos repas à heures régulières et évitez le grignotage  en dehors des repas à l’exception d’un fruit en collation en après-midi. 

4. Limitez les liquides durant le repas.

Il est très important de boire suffisamment. Cependant, ceci ne devrait pas se faire au détriment de la digestion. Lors du repas, évitez de diluer vos sécrétions digestives par la consommation trop importante de liquides. Ceci ralentit considérablement la digestion et sollicite davantage d’énergie de votre part pour terminer le processus. Cela est d’autant plus vrai si les boissons sont froides ou glacées.

Au restaurant, refusez le traditionnel verre d’eau glacée et demandez plutôt une tasse d’eau bouillante ou une tisane.

5. Composez votre repas autour des céréales et des légumineuses en les agrémentant d'une grande variété de légumes de saison.

Tous les éléments nutritifs dont nous avons besoin se retrouvent dans les 4 groupes d’aliments suivants :

– Céréales

-Légumineuses

-Légumes et Fruits

-Noix et graines

Concernant les céréales, nous consommons beaucoup trop de blé en Occident, pensez à varier vos céréales en intégrant le riz brun bio, le millet et le quinoa. Pour les légumineuses, le choix est vaste. Inspirez-vous des traditions culinaires de divers pays pour découvrir les lentilles, haricots, pois cassés, pois chiche etc…

6. Donnez une préférence aux légumes plutôt qu'aux fruits.

La consommation de fruits ET de légumes est essentielle, cependant optez pour un apport plus important de légumes que de fruits, pour maximiser l’apport nutritionnel.

7. Évitez au maximum ou supprimer complètement les produits laitiers.

Cette règle peut sembler difficile pour plusieurs, tellement nous avons été portés à croire que les produits laitiers étaient essentiels à une saine alimentation. Pourtant la plupart des habitants de cette planète n’en consomment pas, ne souffrent pas d’ostéoporose et jouissent du meilleur score au niveau de la vitalité, de la santé et de la longévité.

Faites le test. Abstenez-vous de tout produit laitier (yogourt, lait, fromage, crème glacée) pendant 3 semaines, et évaluez comment vous vous sentez. Si le constat ne vous apparaît pas évident, reprenez la consommation de produits laitiers et observez les changements.

Les produits laitiers de part leur nature humide et froide affaiblissent considérablement le système digestif et le système immunitaire. Par cet affaiblissement,  en dehors des problèmes digestifs et allergiques qu’ils occasionnent, ils provoquent des troubles comme l’enflure, la formation de mucosités, de la cellulite, des douleurs articulaires, des réveils fréquents ainsi qu’un affaiblissement de votre vitalité affectant la concentration et la vivacité. Pour ceux qui craignent une carence en calcium, on le retrouve dans beaucoup d’autres aliments moins néfastes : amandes, sésame, persil, chou vert, brocolis, poireaux…

8. Considérez la viande comme un condiment.

Si vous consommez de la viande, faites comme les chinois et les japonais, considérez la viande comme un condiment pour agrémenter un plat plutôt que comme l’élément principal du repas. Comme source de protéines animales, préférez le poisson à la viande et réduire la viande rouge au minimum

9. Variez les saveurs, couleurs, formes et textures des aliments.

La variété alimentaire, autant par les saveurs, les couleurs, les formes et les textures des aliments est le gage d’une plus grande diversité nutritionnelle.

10. Évitez de terminer le repas par un dessert sucré ou des fruits crus.

La consommation de sucre y compris celle des fruits crus, à la fin du repas, perturbe la digestion et favorise le ballonnement. Préférez les fruits cuits ou en compotes à la fin du repas, si désiré, et consommez plutôt vos fruits en collation en dehors des repas.

11. Favorisez un repas du soir plus léger.

Les protéines animales se consomment principalement le midi et doivent être supprimées le soir pour être remplacées par de faibles quantités de protéines végétales.

En demandant beaucoup d’énergie pour être digérés, la consommation de protéines animales le soir affectera la qualité de votre sommeil et fatiguera inutilement votre organisme.

Évitez de manger après 19h30-20h.

12. Évitez de trop manger !

Pour bien digérer, votre estomac a besoin d’un peu d’espace pour bien malaxer les aliments. Essayez de sortir de table en ayant rempli votre estomac à 75% de sa capacité.

Équilibre des repas

Comme dit le proverbe chinoise : « On doit manger comme un prince le matin, comme un marchand le midi et comme un pauvre le soir». D’où un déjeuner copieux et nourrissant, un dîner équilibré mais non chargeant et un souper léger.

Exemple de composition des repas

Boisson chaude, céréales cuites. Pas d’excès de sucre. Compote si besoin. Les mets salés sont les bienvenues. Évitez les traditionnels jus de fruit acides et froids.
Une petite quantité de crudités servies à la température de la pièce. En plat principal : céréales et/ou légumineuses avec légumes de saison. Dessert : compote, fruits secs. Boisson : thé ou tisane.
Potage, ragoût de légumes ou restes du midi, pas de produits laitiers (ni de protéines animales), compote/fruits secs, boisson chaude
© 2012 Tous droits réservés. 
Extrait du livre : «Traité didactique de Diététique Chinoise»,
de Michel Jodoin Ac, PhD Éditions Li Shi Zhen.
 

Références:

Jodoin Michel Ac PhD. Traité didactique de Diététique Chinoise. Éditions Li Shi Zhen et Trafford Publishing.
Jodoin Michel Ac PhD. GUÉRIR, une bouchée à la fois. Éditions Li Shi Zhen et Trafford Publishing. 
Jodoin Michel Ac PhD. Entre fourchette et baguettes – plaisir et sagesse au menu. Éditions Li Shi Zhen et Trafford Publishing. 2011
Chang KC et Al. Food in chinese culture. Anthropological and historical perspectives. Yale University. 1977;:429p
Gourion A. Acupuncture, diététique et philosophies extremes-orientales. Cedat, Marseille 1974;: 106p
Koo LC. Traditional chinese diet and its relationship to health. Kroeber anthrop society pap. 1976
Whang J. Chinese traditional food therapy. Journal American diet assoc. 1981;78(1):55-7
Jiang Chao et al. Handbook of nutritional therapy (1). San Francisco 1987
Meng Zhongfa et al. Study of pattern differential dietotherapy. Shanghai. 1987;:1039-40